image-blogue-marketing-web
Écrit par Béatrice Poulin le 5 avril 2021

Quelles sont les caractéristiques d’un call-to-action persuasif?

Quels que soient les produits ou les services d’une entreprise, les calls-to-action sont essentiels pour améliorer le taux de conversion d’un site Web. Lorsqu’ils sont bien écrits et intégrés, les calls-to-action peuvent considérablement augmenter le nombre de visiteurs qui se transforment en leads de qualité.

Cependant, plusieurs éléments entrent dans la conception d’un call-to-action efficace et percutant. En plus de réfléchir aux mots utilisés, il est important de considérer son emplacement et son design.

La position du call-to-action

La position du call-to-action est l’un des éléments les plus importants lors de la création des différentes pages d’un site Web. Selon le contenu présenté, les développeurs optent souvent pour le centre de la page, car notre regard est rapidement dirigé vers cet emplacement. En revanche, en choisissant cet endroit, il est facile de perdre le call-to-action à travers les différents éléments de la page.

Une autre stratégie assez populaire consiste à placer le call-to-action dans le haut de la page, près du menu de navigation du site. Cet emplacement n’est pas toujours la meilleure option, car il est plus difficile de personnaliser le call-to-action en fonction du contenu de la page. Le coin supérieur gauche peut également être un bon endroit, mais encore une fois, il ne faut pas prendre une décision trop rapidement. De manière générale, la colonne de droite est un emplacement à éviter, car il est généralement associé à du contenu publicitaire. C’est ainsi le pire endroit pour mettre un call-to-action persuasif.

Lors de la création des calls-to-action, il est important de prendre en considération le contenu de la page, l’objectif de l’entreprise ainsi que le type de call-to-action. Par ailleurs, la position des calls-to-action doit être déterminée en fonction du dynamisme et du mouvement de la page. Ils doivent idéalement être placés où se trouve le regard du visiteur.

Pour y arriver, il faut réfléchir au positionnement des différents éléments de la page, dont les images et particulièrement les portraits, car ces éléments ont tendance à attirer l’attention des visiteurs. Bien qu’elles puissent parfois nuire à l’efficacité des calls-to-action, les images peuvent également être utiles pour rediriger le regard des visiteurs. Par exemple, si vous décidez d’incorporer un visage, il peut être efficace d’aligner le call-to-action avec le regard de la personne sur la photo.

Le bon moment pour présenter son call-to-action

Malheureusement, plusieurs entreprises ne se cassent pas la tête et placent l’ensemble de leurs calls-to-action dans l’en-tête de toutes les pages de leur site. Cette stratégie n’est pas nécessairement mauvaise, mais elle offre rarement la possibilité de construire un site persuasif et adapté à la clientèle de l’entreprise. Certains calls-to-action, comme une demande de soumission ou bien un formulaire d’inscription, peuvent effectivement se trouver dans l’en-tête du site, car ils concordent avec l’objectif général de la plateforme en ligne.

Pour les autres types de calls-to-action, il est préférable de les afficher uniquement lorsque les visiteurs ont déjà reçu des informations sur les services ou les produits de l’entreprise. Si vous invitez vos visiteurs à s’inscrire à votre infolettre avec 10 secondes de navigation, il est très probable que peu s’inscrivent ou que les personnes qui s’inscrivent ne se transforment pas en leads de qualité.

Le bon moment pour présenter un call-to-action diffère d’une entreprise à l’autre, d’un site Web à l’autre et d’une page à l’autre. Pour bien le déterminer, il faut tenir compte de l’objectif du call-to-action et de l’action posée par les visiteurs. Par exemple, lors de l’écriture d’un article de blogue, il est plus pertinent de mettre le call-to-action à la fin du texte, car il s’adresse principalement aux personnes qui ont un réel intérêt pour le sujet de l’article. Dans une boutique en ligne, il est plutôt astucieux de présenter le call-to-action au milieu du catalogue pour inviter les visiteurs à regarder plus de produits ou bien à profiter d’une aubaine limitée.

Chaque site est différent et le moment pour afficher les calls-to-action doit s’adapter au message de l’entreprise et à ses objectifs.

L’utilisation des espaces négatifs

L’un des principes de base pour intégrer de bons calls-to-action consiste à s’assurer qu’aucune distraction ne se trouve autour du message ou du bouton. Les espaces négatifs deviennent ainsi très utiles pour ne pas dévier l’attention du visiteur et mettre l’accent sur des éléments précis, comme la barre de recherche ou bien les promotions de l’entreprise. Les espaces négatifs évitent alors aux calls-to-action de se perdre à travers le contenu d’une page.

Les couleurs du call-to-action

Quand le call-to-action est un bouton, il est généralement préférable d’utiliser une couleur qui contraste avec le reste du site Web pour attirer les regards. Par exemple, sur un site Web au design sobre en noir et blanc, il est pertinent de mettre un call-to-action de couleur pour qu’il se démarque mieux dans la page. De plus, il est parfois utile de sortir de la charte graphique de l’entreprise pour que le call-to-action soit clair et que les visiteurs ne le ratent pas.

Cependant, il est important de ne pas se fier uniquement à l’utilisation d’une couleur contrastante. Tout d’abord, une certaine partie de la population est daltonienne et interprète les couleurs différemment. Ensuite, la couleur ne doit pas être agressante sur la page et sembler sortir de nulle part. Finalement, si le call-to-action n’est pas bien écrit ou positionné, même la couleur la plus contrastante ne sera pas 100 % efficace. Il faut absolument combiner plusieurs trucs pour attirer l’attention, sans toutefois en faire trop.

L’utilisation de l’animation

Les calls-to-action animés permettent de facilement rediriger l’attention des visiteurs. En revanche, les animations peuvent considérablement ralentir la vitesse de chargement des pages. Par ailleurs, lorsque leur design ne s’intègre pas bien dans le dynamisme de la page, elles peuvent distraire les visiteurs et même les déranger. L’utilisation de l’animation peut ainsi être pertinente à certains moments, mais il faut toutefois faire attention pour qu’elle ne soit pas trop agressante.

La taille des calls-to-action

Sans surprise, plus un élément prend de l’espace sur une page, plus il attire l’attention des visiteurs. Que ce soit l’image d’un produit, le slogan de l’entreprise ou bien un call-to-action, plus il est gros, plus il sera vu et compris.

Par ailleurs, en augmentant la grosseur des boutons de call-to-action, il est possible d’ajouter plus de textes et de faire des calls-to-action plus précis et persuasifs.

Le message du call-to-action

Le message d’un call-to-action doit toujours être clair et précis. Il peut non seulement inclure la description de l’action à poser, mais également ses avantages ou ses bienfaits pour le visiteur. L’écriture d’un call-to-action doit aussi tenir compte de son objectif. Par exemple, il peut être pertinent d’inclure un rabais de 10 % sur le prochain achat si le visiteur s’inscrit à l’infolettre de l’entreprise. Sinon, le call-to-action peut tenter de créer un sentiment d’urgence en indiquant qu’il ne reste que peu de temps pour profiter d’une promotion ou seulement quelques exemplaires disponibles du produit désiré.

Peu importe l’objectif d’un site Web complet, il est presque impossible de créer un site Web persuasif sans réfléchir à tous les éléments qui composent les différents calls-to-action de la plateforme. Heureusement, TactikMedia rassemble une équipe de professionnels spécialisés dans la conception de sites Web persuasifs. Notre objectif consiste à aider les entreprises à atteindre et même surpasser leurs objectifs en ligne. Si vous avez des questions ou un projet en tête, n’hésitez pas pour communiquer avec notre équipe.

Article écrit par Béatrice Poulin
Béatrice maîtrise l’écriture SEO tout en créant du contenu pertinent et factuel. Elle sait trouver les bons mots pour mettre en valeur n’importe quel sujet. Malgré son amour inconditionnel de la langue française et du Québec, sa curiosité insatiable l'a poussée à s’expatrier en Argentine pour y perfectionner son espagnol.
crossmenu